Les banques en ligne sont-elles rentables ?

Les banques en ligne sont-elles rentables ?Les banques en ligne sont-elles rentables ? Régulièrement, la question des pertes financières des banques en ligne est soulignée. La plupart sont en déficit, mais toutes peuvent compter sur le soutien d’un plus grand organisme. Dans certains cas, c’est même un système assumé. 

Banque en ligne : comparer les offres

La fiabilité et la solidité des banques en ligne est une question que vous êtes nombreux à vous poser avant de sauter le pas. Pour évaluer cette solidité, la rentabilité est souvent étudiée. Les banques en ligne sont-elles rentables ? Pour la plupart, pas encore, mais toutes les banques en ligne ne communiquent pas clairement sur ce chiffre et il est difficile de les trouver pour ces dernières années :

  • Orange Bank : plus de 600 millions d’euros de pertes depuis son lancement en 2017
  • Hello bank : objectif de rentabilité fixé pour 2022 en France, mais la banque en ligne est déjà rentable sur le plan européen
  • Boursorama Banque : 155 millions d’euros de pertes cumulées jusqu’en 2019
  • Monabanq : 8,6 millions d’euros de pertes en 2017
  • BforBank : a déjà été renflouée 3 fois par le Crédit Agricole. 20,2 millions d’euros de pertes en 2017
  • Fortuneo : résultat net positif en 2017 de 9,3 millions d’euros

Actuellement, Fortuneo est donc la seule banque en ligne rentable. Cette exception s’explique par une clientèle aisée qui détient beaucoup d’encours sur des produits d’épargne comme des assurances-vie. Les tarifs Fortuneo restent en parallèle très attractifs. >> En savoir plus sur Fortuneo

Des pertes pas forcément significatives

En effet, il est important de ne pas regarder uniquement les chiffres et de prendre en compte le contexte. Ce qui coûte cher aux banques en ligne est surtout l’acquisition client, c’est-à-dire les nombreux frais engagés pour acquérir de nouveaux clients. Presque toutes proposent par exemple des offres de bienvenue. Une étude de l’ACPR datant de 2018 explique que « les offres commerciales comme les primes de
bienvenue constituent un poste de dépense toujours important (jusqu’à 24% du PNB)« .

Pour en savoir plus, retrouvez tous les offres des banques en ligne.

Souvent encore en phase de lancement ou de développement, il est normal que les banques en ligne engrangent ce genre de pertes.

Il faut aussi souligner que les banques en ligne sont presque toutes adossées à de grands groupes qui les renflouent et les soutiennent. Par exemple, Boursorama Banque est une filiale de la Société Générale. Hello bank, elle, appartient à la BNP Paribas, tandis que Monabanq est au Crédit Mutuel.

En route vers la rentabilité

Si, à l’exception de Fortuneo, la plupart des banques en ligne ne sont pas rentables, toutes espèrent toutefois le devenir bientôt. On voit ainsi depuis un ou deux ans un certain virage dans les offres bancaires. Hello bank, par exemple, a lancé une offre haut de gamme payante, et Monabanq a également modifié ses formules.

Boursorama Banque fait figure d’exception avec ses 3 millions de clients. Elle a en effet misé sur une croissance exponentielle en investissant massivement dans l’acquisition client, consciente que cela entraînerait des pertes importantes au début. Elle souhaite désormais atteindre les 4,5 millions de clients en 2023 puis de ralentir les dépenses afin de devenir rentable en 2024 et 2025.

>> Qui est la meilleure banque en ligne ?

Rédigé par Claire Krust
Le 01/12/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.